Cocottes & vous

On n’est pas parfaites…mais on peut vivre avec !

Par Géraldine

Il est loin le temps où une femme, une fois maman, devenait mère à plein temps. Aujourd’hui, elle s’est transformée en une full time slasheuse : amie/épouse/working girl/sportive/festive/associative… attention, liste non-exhaustive.

Fini donc les 100% de son temps à consacrer à la maison et aux enfants, d’où un sentiment de culpabilité beaucoup trop omniprésent. À force de s’entendre dire ou de se dire à nous-même que l’on est trop ceci ou pas assez cela, on réalise avec dépit qu’on n’est pas aussi parfaite qu’on le croit. Et si on se disait qu’au fond, ce n’était pas si grave que ça ? Qu’un enfant n’a pas besoin d’une mère qui ne fasse jamais d’erreur (ça n’existe pas de toutes façons), mais plutôt d’une mère heureuse, qui en prenant du temps pour elle parvient à trouver un temps de meilleure qualité pour lui ?

S’autoriser à se planter, à se laisser aller, voilà la clé ! Ca veut dire que vendredi soir, après une semaine de bagarres acharnées pour leur faire avaler les légumes que vous avez concoctés, vous avez enfin le droit de leur commander une pizza. Et même si c’est mardi, ça marche aussi !

Que si dimanche matin vous voulez trainer un peu au lit, c’est ok s’ils dépassent d’une heure ou d’une matinée le temps de télé autorisé.

Que si vous n’avez pas eu le temps d’acheter un cadeau pour la fête d’anniversaire du copain du petit dernier, il est tout à fait convenable de lui refourguer un jouet que votre progéniture n’a jamais daigné regarder.

Que s’ils sont partis ce matin à l’école avec l’un un pull trop court qui lui arrivait au sommet des poignets, l’autre un pantalon trop petit qui le boudinait comme jamais, c’est bien sûr parce que vous trouviez ça beau, et non pas parce que vous aviez oublié de faire partir la machine à laver.

Que ce n’est pas parce que cette année vous n’avez pas le temps (ne vous en faites pas, on sait bien que la véritable raison est que vous n’en avez pas envie, et c’est votre droit !) de l’emmener chaque mercredi à l’école de musique que vous ruinez sa vie.

Que ce n’est pas parce que vous lui avez crié dessus alors que c’est après votre patron que vous en aviez, qu’il va moins vous aimer.

Être mère c’est, comme son nom l’indique, enfin pour les trois premières lettres en tout cas, merder. Et donc aussi se démerder pour faire comme on peut. Pour jongler avec un quotidien qui nous épanouisse, que l’on veut riche, palpitant, vivant, pour nous comme pour nos enfants. Alors forcément parfois, on n’a pas la tête à faire tout bien mais tant qu’on le fait avec amour, on est, parfaite ou pas, sur la bonne voie !

Inscrivez-vous à la newsletter

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Guillou
Guillou

Parfaitement résumé