Médiathèque

Médiathèque

Bibliothèque : nos trilogies historiques préférées

Par Géraldine

Si les séries télé ont aujourd’hui un tel succès, c’est parce qu’on est avide de suivre la vie des personnages sur une longue durée, qu’on ne se contente plus de survoler leurs traits de caractères mais qu’on a envie de les connaître dans le détail. Ces nouvelles façons de consommer les images se répercutent aussi sur nos lectures : les sagas littéraires ont le vent en poupe et forcément, on adore ! Voici quelques une de nos favorites, surtout quand elles ont des choses à nous apprendre d’un point de vue historique.

« Les enfants du désastre » de Pierre Lemaitre 

  • Au revoir là-haut
  • Couleurs de l’incendie
  • Miroir de nos peines

 Premier de la trilogie et adapté au cinéma en 2017 avec dans les rôles principaux Albert Dupontel et Nahuel Perez Biscayart, Au revoir là-haut c’est l’histoire du retour à la vie civile de deux « Poilus », dont l’un a été grièvement blessé à la guerre 14-18. Impossible de ne pas s’attacher à ces deux héros anonymes qui doivent faire face à l’incapacité de la société française de l’époque de les intégrer et les remercier à leur juste valeur. Une œuvre historique poignante.

Deuxième de la série, Couleurs de l’incendie devrait lui aussi être adapté au cinéma, dans un film avec Clovis Cornillac, Léa Drucker et Benoit Poelvoorde censé sortir courant 2020. Nous sommes ici dans l’entre deux guerres, dans une France qui tente de se reconstruire et nous suivons la vie des membres de la famille Péricourt (celle du soldat défiguré à la guerre dans Au revoir là-haut).

Dernier en date, Miroir de nos peines nous emmène au tout début de la seconde guerre mondiale, dans le Paris de 1940. S’il semble un peu moins abouti que les deux précédents, ce dernier volet nous permet de clôturer de nombreuses années passées auprès de ces personnages hors-normes, dans une France plongée dans une époque impossible à imaginer et pourtant tellement bien décrite dans ces livres.

« Le goût du bonheur » de Marie Laberge

  • Tome 1 – Gabrielle
  • Tome 2 – Adélaïde
  • Tome 3 – Florent

La guerre est de nouveau présente dans cette trilogie mais si elle gronde en Europe, c’est depuis le Québec qu’on en entend parler, dans cette famille bourgeoise dont la vie est décrite ici. Nous sommes chez les Miller, un couple aisé et leurs 6 enfants. Le premier tome s’intéresse à la mère Gabrielle, le second à l’une des filles Adélaïde et enfin le dernier à Florent, un ami de la famille. Des livres qu’on a du mal à lâcher, une famille qu’on semble connaître par cœur, un quotidien fait de petits malheurs, de grands bonheurs, de drames…la vie quoi.

« L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante

  • Volume 1
  • Volume 2 – Le nouveau nom
  • Volume 3 – Celle qui fuit et celle qui reste
  • Volume 4 – L’enfant perdue

L’avis de la rédac’ : « Déjà, j’ai aimé l’époque et le lieu où commence l’histoire : l’Italie populaire des années 50/60. Le fil conducteur de l’histoire est vite prenant : la singularité de l’amitié à la fois très forte et très complexe de 2 fillettes, Elena et Lila. On s’attache à ces personnages et aux nombreux autres qui gravitent autour, à leur évolution dans un environnement hostile où beaucoup n’attendent rien de leur vie de misère et de violence… Et au fur et à mesure des tomes, on ne voit pas simplement  la vie entière d’Elena défiler sous nos yeux, on la vit vraiment auprès d’elle : sa relation avec Lila bien sûr entre complicité et manipulation, mais aussi ses études, son travail, ses amours… dans un pays en pleine révolution politique et dont l’Histoire est d’ailleurs sublimement racontée ».

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments