Pratique

TikTok : qui est là !?

Demandez à n’importe quel adolescent quel est son réseau social de prédilection, il vous répondra du tac au tac : « TikTok ». Voici ce qu’il faut savoir sur cette nouvelle application vidéo venue de Chine.

Par Géraldine

TikTok - Cocottes Magazine
TikTok - Cocottes Magazine

Cet article est paru dans Cocottes Magazine #5 (mai/juin 2021). 

Juliette a 11 ans, elle est en sixième à Lunel, une commune du Sud de la France. Récemment dotée d’un smartphone, elle passe l’intégralité du temps qu’on lui permet sur cette application au logo en forme de note de musique : TikTok. Depuis qu’elle s’est infiltrée sur ce réseau social interdit aux moins de 13 ans, cette pré-adolescente entame des pas chorégraphiés dignes des clips de musiques populaires toute la journée. Le tout, sous l’œil amusé de ses proches.

La scène vous semble familière ? C’est normal, TikTok compte près de 700 millions d’utilisateurs au monde, 11 millions en France, dont 33% de moins de 18 ans, selon une estimation Bloomberg (septembre 2020). C’est le dernier réseau social en vogue, le troisième le plus utilisé au monde après Facebook et Instagram. Né en Chine en 2016, sous le nom « Douyin », il est entièrement basé sur le format vidéo. Le concept : se filmer en musique en reproduisant danses, canulars et autres formats tendance, éditer sa vidéo et la mettre en ligne en espérant qu’elle devienne virale. Messagerie privée et diffusion en direct complètent ses fonctionnalités.

En opposition à Instagram et sa quête absolue d’esthétisme, TikTok se veut être le réseau de la spontanéité. Côté technique, il serait programmé pour valoriser davantage le nombre de visionnages de ses vidéos, plutôt que les « likes » qui y sont attribués. Résultat : son algorithme génère une course au contenu sensationnel ainsi qu’un flux hautement addictif, taillé sur mesure en fonction des goûts de l’utilisateur. En moyenne, chaque membre de TikTok en France y passe près d’une heure par jour (source : Bloomberg).

À la rencontre des habitant.e.s de TikTok

Les influenceurs stars du réseau social, les « TikTokeurs », se nomment Jamal Jml (22 ans, 2,5 millions d’abonnés), Lena Situations (23 ans, 1,6 millions d’abonnés), Léa Elui (20 ans, 14,8 millions d’abonnés) ou encore celle qui bat tous les records, l’Américaine Charli D’Amelio (16 ans, 110 millions d’abonnés). Des ados et jeunes adultes sympathiques, à la fois objets d’admiration et « bons copains » accessibles. La clé de leur succès est d’abreuver leurs communautés de clips à forte valeur divertissante, comme les danses qui ont rendu populaire la Chambérienne Léa Elui.

Grâce à sa prise en main facile, l’application est devenue un vivier de contenus créatifs, rythmés par des transitions visuelles qui en mettent plein la vue. Mais pas seulement. On y trouve des vidéos d’animaux mignons, de voitures de course, de recettes de cuisine… C’est aussi un outil de communication attractif pour tous types de profils : marques (de Gucci à Optical Center) qui y lancent des campagnes, jeunes artistes comme la Française Wejdene qui y a débuté sa carrière de chanteuse, activistes et même politiques comme Marlène Schiappa dont l’apparition maladroite sur le réseau a provoqué un tollé.

TikTok, toc toc ?

Amusant, inventif, TikTok est-il pourtant inoffensif ? « Non », tendent à affirmer plusieurs enquêtes. Celle réalisée par le média anglais BBC en 2019 et celle du site américain Buzzfeed en 2020 révèlent la présence de prédateurs sexuels sur la plateforme. Les enquêtes ont rapporté des messages de pédophiles transmis à des utilisateurs, témoignages à l’appui. Ce n’est pas tout : cyber harcèlement, challenges dangereux, hyper sexualisation, incitation à la haine raciale… TikTok cumule les polémiques. Le 16 février dernier, l’association UFC-Que Choisir et le Bureau Européen des Unions de Consommateurs ont déposé une plainte commune contre le réseau social pour non-respect des droits de ses utilisateurs, souvent jeunes, souvent fragiles.

Accusé d’en faire trop peu pour modérer ses contenus et protéger ses membres particulièrement vulnérables, TikTok a récemment mis en place une « Sécurité Famille » pour permettre aux parents de gérer l’activité de leurs enfants sur le réseau. Limitation du temps d’utilisation, de l’accès aux contenus et de l’usage de la messagerie à un cercle restreint sont les trois fonctionnalités qu’offre ce nouveau service, à condition pour le parent d’être également inscrit. Un bon moyen pour l’application de gagner quelques utilisateurs. Le contrôle parental le plus fiable étant encore d’établir une relation de confiance avec son enfant et de l’éduquer aux risques généraux d’internet. Ainsi Juliette pourra s’amuser tout en préservant son intégrité.

Glossaire

TikTok possède son propre langage, fleuri de hashtags et autres expressions anglo-saxonnes. Pour ne pas perdre le fil, on vous met au parfum.

Challenge (n.m.) : défi viral à reproduire, caractérisé par une musique et pouvant prendre la forme d’une chorégraphie, une tenue, une performance, une devinette…

Prank (n.m.) : Piège tendu aux proches sous l’objectif de la caméra.

Clashs (n.m.) : Attaques adressées à un destinataire en vue d’une réponse.

Transition (n.f.) : Effet de montage vidéo provoquant une illusion d’optique.

Inscrivez-vous à la newsletter

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments