Médiathèque

L’Interview Médiathèque d’Agnès Labbé, alias « Quatre_enfants » sur Instagram

Par Géraldine

Mère de 4 enfants, d’où le nom de son blog et de son compte Instagram aux 13 500 abonnés, Agnès Labbé est LA personne à suivre si vous avez envie de rire et de décomplexer. Adepte du franc-parler et de « l’éducation approximative » dont elle a fait un livre, elle a accepté de répondre à nos quelques questions. Et c’est vraiment toujours un plaisir de la lire !

3 mots pour décrire la mère que vous êtes : 

Approximative, heureuse et fatiguée !

3 photos qui décrivent le mieux l’univers de votre compte Instagram :

J’essaie de faire ressortir de la douceur dans mes photos. L’éclairage est un peu travaillé, l’angle de prise de vue aussi. Il n’y a que très peu de photos posées parce que je préfère essayer de capter l’enfance brute, sans faux-semblant. De cette douceur, j’aime qu’elle tranche avec la dureté de mes textes. Je n’hésite pas à être vulgaire, à y décrire mon quotidien de façon très terre-à-terre, les mains dans le cambouis, mais souvent avec beaucoup d’humour. Cette antinomie entre la beauté de la maternité et la réalité du terrain m’a toujours amusée et c’est là que j’y puise mon inspiration sur Instagram.

 

Quels comptes Instagram conseillez-vous de suivre ?

Tout ceux qui vous amusent, vous rassurent, vous émeuvent ou vous font avancer. Les comptes qui vous font douter de vos propres capacités ou qui vous fragilisent, fuyez-les immédiatement. 

Quelle est votre musique du moment ? Et la chanson qui vous rappelle votre jeunesse/adolescence ? 

J’aime beaucoup la musique électronique et je passe en boucle le titre Roses de Saint Jhn, mais je reste une fan absolue de Radiohead : le titre Reckoner me fait tout arrêter dans l’instant. Ce groupe m’a accompagnée toute ma jeunesse et je continue de l’écouter aujourd’hui.

Quel livre vous a donné goût à la lecture ? Et que lisez-vous ces temps-ci ? 

Le premier livre qui m’a touchée est Madame Bovary de Flaubert. Je n’étais pourtant qu’une jeune fille à l’époque mais j’arrivais à ressentir le mal-être de cette femme, son ennui profond, son envie de voir autre chose. Ce fut la première fois qu’un livre m’atteignait émotionnellement et depuis, je ne cesse de rechercher ça dans mes lectures. Je réalise d’ailleurs en répondant à votre question que je ne lis presque que des histoires de femmes, écrites par des femmes. Je viens de finir Je suis une sur deux, de Giulia Foïs, et Love me tender de Constance Debré. Deux claques monumentales, j’ai adoré. 

Quel film a le plus marqué vos souvenirs ? Si vous deviez jouer dans un film, ce serait lequel ?

Il y en a tellement, c’est difficile de n’en choisir qu’un. Mais je crois que mon tout premier choc cinématographique fut le film Léon de Luc Besson, tellement violent, tellement intense. Plus récemment, le film Jusqu’à la garde, qui traite des violences conjugales m’a renversée. Si je devais jouer dans un film, j’aurais adoré avoir un rôle dans Le goût des autres. Le tandem Jaoui / Bacri me fait mourir de rire.

On vous demande de choisir un personnage de dessin animé, pour qui optez-vous ? 

Lucy Wild, la copine de Gru, dans Moi Moche et Méchant. Elle attaque les super-vilains à coup de tazer comme personne ! 

Pour vos enfants les écrans c’est un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou pas du tout ? 

Il y a beaucoup d’écrans à la maison. Ordis, tablettes ou téléphones, nous sommes une famille d’accros 😉 Les plus grands jouent beaucoup à des jeux en ligne avec leurs copains, les petits commencent à s’y mettre aussi et ils adorent ça. Ils regardent beaucoup Netflix et des programmes en replay. Soit des séries que nous leur conseillons, soit des reportages adaptés à leur âge. On n’a jamais instauré de règles sur une limitation horaire des écrans, parce que la société évolue et que diaboliser les écrans me semblent totalement illusoire. Je pense que le temps où les enfants faisaient un Monopoly tranquillement dans leur chambre est révolu. Ça ne les intéresse plus, en tout cas pas les miens, qui préfèreront toujours une partie de Fortnite en ligne à un jeu des sept familles avec Maman ! Et je trouve que les enfants de cette génération ont une chance incroyable d’avoir un tel choix de programmes, de jeux, de vidéos à regarder. À nous de leur apprendre à faire le tri, à se méfier de certains contenus, à développer leur sens critique. Je préfère ça plutôt que de leur interdire l’accès à la richesse de l’offre actuelle. À mon époque, on nous collait tout le mercredi devant les dessins animés violents, machistes et complètement débiles du Club Dorothée, il n’y avait rien d’autre ! Et d’ailleurs, je ne pense pas que toutes ces heures de télé m’aient affectées les neurones. Laisser mes enfants devant un écran ne m’a donc jamais fait peur.  Un bémol cependant avec les petits qui ont 6 ans : ils n’ont pas accès à internet et c’est nous qui choisissons pour eux les programmes qu’ils peuvent regarder et les jeux qu’ils peuvent télécharger. Il m’arrive aussi très régulièrement d’instaurer des journées “sans écran”, histoire de les laisser s’ennuyer un peu et trouver d’autres sources d’occupation. 

Et quand votre vie d’influenceuse vous permet de déconnecter, que faites-vous pour décompresser ?

Je lis des livres ou je fais des gâteaux, enfermée seule dans la cuisine, en écoutant des podcasts. J’adore ça ! Bliss-Stories, Les pieds sur Terre ou Les équilibristes par exemple. Et j’ai découvert récemment celui de Julien Cernobori, Cerno l’anti-enquête. J’y ai passé des heures !

Retrouvez Agnès Labbé dans le premier numéro de Cocottes magazine à paraitre le 24 août : elle y signe un génial billet d’humeur ! 

Inscrivez-vous à la newsletter

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments