Cocottes & vous

« Bis repetita » : En quoi la naissance de son deuxième enfant est-elle différente de celle du premier ?

« On ne nait pas parent, on le devient » disait Françoise Dolto. De cet apprentissage parfois hésitant que l’on vit avec son premier enfant, on en ressort enrichi d’une expérience qui fait toute la différence pour l’arrivée de son deuxième.

Par Caroline K.

Évidemment, l’arrivée d’un bébé dans un couple est un changement de vie radical, chamboulant tout sur son passage. La parentalité implique énormément d’éléments pratiques, psychologiques et culturels. Jour après jour, nous apprenons nos nouveaux rôles de parents découvrant l’amour inconditionnel que l’on porte à son bébé. Mais face un débordement d’émotions, à des responsabilités soudaines, à une fatigue extrême, il n’est pas bizarre de manquer parfois de discernement… L’ainé essuie ainsi les plâtres de parents aimants, mais de parents « débutants ». Forts de cette expérience, la naissance du petit dernier n’est en rien vécue de la même manière. Et c’est justement cette expérience qui change tout !

On SAIT ce qui nous attend

Personne ne dit jamais à une femme enceinte de son premier enfant : « Prépare-toi à en baver ». Pourtant on aurait aimé se l’entendre dire afin que la chute soit moins vertigineuse ! Pour numéro 2, on connait ces côtés obscurs dont on ne parle que trop rarement. Vous voyez de quoi je veux parler, j’en suis sûre !

On se sent plus à l’aise

Le cordon qui tombe, le « minusculisme » de ce nouveau-né, les coliques du nourrisson… On avait oublié tout ça mais ça revient vite ! Les gestes pour manipuler son petit bébé lors du bain ou du changement de couches sont plus sûrs, on est plus efficace et on apprécie plus.

On est moins touché par le syndrome de l’hyper vigilance maternelle

Vous vous souvenez quand votre ainé s’était (enfin) endormi et que la meilleure des choses que vous aviez à faire à ce moment-là était d’aller faire de même. À la place de cela, vous restiez à côté du berceau à le regarder comme hypnotisée, ou à surveiller qu’il respire bien… Maintenant, on connait l’importance de se reposer nous aussi et on lâche prise plus facilement.

On a plus confiance en soi

« Tu devrais le laisser un peu pleurer », « On ne laisse pas un nourrisson pleurer »… On se laisse moins perturber par les mille conseils – et leur contraire – que l’on nous donne sans les avoir demandés bien sûr. On s’en remet plus à ses envies, son instinct, car on sait ce dont bébé a besoin.

On s’organise mieux

Transat, cosy, doomoo, balancelle… Pas facile de s’y retrouver face à tant de matériel ! On s’est peut-être un peu emballée sur la liste de naissance du premier pour finalement utiliser toujours le même équipement. Maintenant, on s’encombre moins et notre organisation est plus fluide.

On « décroche » moins de la vie réelle que pour notre grand

Encore en pyjama à 17h ? Avouons-le, à la naissance de numéro 1, on vivait complètement à son rythme et la vie de la maison tournait autour de lui. Pour numéro 2, cela n’est plus possible car le bus de l’école de numéro 1 n’attend pas. Numéro 2 suit donc le mouvement et apprend très tôt à attendre.

On réalise à quelle vitesse les enfants grandissent

L’arrivée du cadet est surtout l’occasion de se rendre compte que le temps file. Cela nous renvoie aux premiers moments de vie de son ainé, nous faisant réaliser que l’on n’a rien vu passer et qu’il faut profiter de ces instants uniques de tendresse.

ELLES TÉMOIGNENT

Véronique, 41 ans, maman de 3 enfants de 8 à 15 ans

« Avec l’arrivée du deuxième, on n’a pas besoin de réinvestir dans du matériel de puériculture car on a déjà tout. On a déjà une idée des étapes à venir (dents, diversification de l’alimentation, etc.) et on sait en détecter les signes avant-coureurs. Résultat, on est moins stressée ! » 

Magali, 34 ans, maman de deux filles de 4 et 10 ans

« On sait ce qui nous attend et on connaît déjà l’état de grossesse. On a surtout moins le temps de réfléchir puisque l’on doit s’occuper du premier ! »

Anne-Laure, 39 ans, maman de 2 garçons de 9 et 11 ans

« Ma deuxième grossesse a été plus sereine parce que je savais à quoi m’attendre (examens, désagréments), parce que j’étais une maman comblée, parce que je savais qu’il faudrait que je demande la péridurale le plus vite possible (sauf que je ne l’ai jamais eue !). Finalement la seule crainte que j’ai eu c’est que cela se passe différemment, que Bébé 2 soit plus difficile, que l’accouchement soit plus compliqué… »

Camille, 28 ans, maman d’une petite fille de 2 ans et sur le point d’accoucher de son fils

« Pour ma part cette grossesse est bien moins anxiogène. Le parcours a fait beaucoup : un parcours PMA, des problèmes d’endométriose, des fausses couches et un début de vie difficile pour notre première. À contrario, un deuxième qui s’est installé au chaud tout seul, sans difficultés ou presque… Le seul côté un peu stressant est le fait de devoir réapprendre à s’organiser différemment car je ne suis qu’à l’aube d’être maman de deux enfants et ma plus grosse crainte est de me retrouver sous l’eau avec un nourrisson et un bambin de 2 ans »

Karen, 31 ans, maman d’un garçon de 3 ans et d’une petite fille de 1 an (nés avec deux ans d’écart jour pour jour !)

« L’arrivée de ma petite fille a été plus difficile que pour le grand, car nous avons connu plus de déboires lors du retour à la maison. Je les comparais trop et je cherchais à reproduire la même chose, alors qu’ils sont très différents ! »

Géraldine, 34 ans, maman de deux petits garçons de 3 et 6 ans

« Le premier avait à peine le temps de mouiller sa couche que déjà il était changé. Le deuxième, parfois je le change tellement peu que sa couche pleine de pipi finit par lui tomber sur les chevilles ! Dans la même veine, pour le premier j’avais très exactement 7 biberons que j’utilisais à tour de rôle, pour prendre le temps de bien les laver, désinfecter, et être sure qu’ils ne soient jamais abîmés… Mon deuxième boit toujours dans le bibe qu’on lui a acheté quand il avait 6 mois. Il va fêter ses 3 ans !!! »

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments